Haut de la page

Livraison offerte dès 50€ d'achat

Fermer

Episode 2 : Tout ce que l'on sait pour apprendre le goût à nos bébés !

La conduite de la diversification alimentaire, de la première cuillère au deux ans de nos bébés, est une étape majeure dans la formation des préférences gustatives. Vers l'âge de 2 ans s'installe la néophobie et l'intégration de nouveaux aliments devient plus difficile. Nos conseils et astuces : Article 2 : Un an et demi pour forger de bonnes habitudes alimentaires.

Episode 2 : Tout ce que l'on sait pour apprendre le goût à nos bébés !

ARTICLE 2 : Un an et demi pour forger de bonnes habitudes alimentaires



Il existe à Dijon un programme nommé OPALINE et dirigé par Sophie Nicklaus, chercheur à l'Inra. Cet observatoire suit 300 couples mère enfant, du 3ème trimestre de grossesse au deux ans de l'enfant, dans le but de comprendre la formation des comportements alimentaires et les aspects sensoriels et psychosociaux qui l'influence.

Premier enseignement, on se rend compte qu'entre 5 et 7 mois, donc tout au début de la diversification, la plupart des légumes, même légèrement amers ou acides, sont facilement acceptés par nos bébés. C'est donc une période à saisir pour introduire une grande variété de légumes et de saveurs précises que le bébé va petit à petit intégrer dans son répertoire alimentaire. Evidemment, les légumes les plus amers (souvent les verts) seront plus difficiles à faire apprécier (voir épisode 1) mais là encore, il y a une règle d'or.

Exposition précoce et répétition : 2 règles d'or
Les études d'Andréa Maier ont révélé que l'exposition répétée d'un bébé à un aliment initialement non apprécié permettait d'inverser ses préférences. En répétant les expériences sensorielles, on finit souvent par vaincre les réticences. Seulement, il faut être patient car il est question de tenir jusqu'à une dizaine de tentatives ! Courage et persévérance !


De plus, il ne s'agit pas de s'arrêter une fois l'aliment en question accepté. Si nous tenons à ce que le fromage de chèvre ou le brocoli fasse parti intégrante du répertoire culinaire de notre enfant, il faudra qu'il en mange régulièrement et ce jusqu'à ses deux ans.

Si votre bébé se montre particulièrement réfractaire, voici un tuyau : mélangez 20% d'un légume rejeté avec 80% d'un légume accepté et inversez progressivement les proportions au fur et à mesure des expositions. Une technique qui a fait ses preuves en matière d'apprentissage culinaire !

Souvent, les premiers mois après le début de la diversification, les parents peinent à renouveler les aliments qu'ils donnent à leur enfant. L'alternance de légumes nouveaux augmente l'acceptation des légumes par la suite. Ne pas tout mélanger, varier les textures, proposer des saveurs prononcées plutôt que des aliments aux profils « plats », tout cela favorise la formation d'un répertoire culinaire varié et la curiosité gustative de l'enfant ! A un an, insiste le Dr Vincent Boggio, pédiatre au CHU de Dijon, un enfant peut « manger de tout » pourvu que les aliments soient adaptés à ses facultés de préhension et de mastication.

Fort de ces premiers mois d'apprentissage des goûts et des saveurs, on constate qu'à un an, les enfants présentent déjà des profils gustatifs extrêmement variés. Si on se nourrit différemment les uns des autres en fonction de nos habitudes familiales, on se nourrit aussi d'expériences et d'émotions. Un simple malaise digestif peut entrainer une aversion irrémédiable pour un aliment qui n'y est peut-être pour rien. De même l'environnement émotionnel autour de l'apprentissage d'un goût nouveau va conditionner son acceptation ou son refus.


Le goût se construit d'affection et d'expérience

Les comportements parentaux sont primordiaux dans la formation des préférences alimentaires des enfants. Comment faire en sorte que nos enfants aient des rapports « paisibles » avec leur alimentation et non des rapports de tensions ?

Bien souvent les réticences des enfants viennent des parents. Vous ne pouvez espérer voir vos enfants manger des légumes si vous même vous les évitez soigneusement ou n'en mangez jamais avec eux et devant eux ! Les chercheurs le confirment, l'exemple parental a un poids souvent plus important que la restauration collective ou la publicité ! A nous donc, de nous efforcer de faire des repas des moments conviviaux plutôt que conflictuels...

Plus dure à attendre face à nos bonnes vieilles ruses parentales, il serait contre-productif de forcer un enfant à manger un aliment (après l'avoir goûté) qu'il refuse de terminer. La carotte de la récompense « finis tes épinards et tu auras du gâteau » n'est pas plus efficace. Cette stratégie ancestrale n'aurait pour effet que d'augmenter le goût pour l'aliment « récompense » évidemment sucré et l'aversion pour... les légumes ! Dans le même ordre d'idées, l'interdiction stricte d'un aliment conduit l'enfant à se focaliser dessus, le rechercher et le consommer dès que possible, même quand il n'aura pas faim...

Ainsi Opaline a mis en relation le caractère « difficile à nourrir » chez le tout-petit et les styles éducatifs des parents. Si les facteurs parentaux n'expliquent pas tout, loin de sans faut, Opaline constate que plus le style éducatif est "démocratique" (règles souples, pratique du dialogue) et les habitudes alimentaires orientées vers la naturalité des aliments, moins les enfants semblaient présenter de caractère « difficile à nourrir ». Au contraire, les styles éducatifs "autoritaires" (règles rigides) et "permissifs" (peu de règles) étaient davantage associés au caractère « difficile à nourrir ».

En conclusion, il nous faut de la variété et des aliments naturels, tenir bon dans la durée, un peu de souplesse et d'exemplarité... bref, une bonne dose de bon sens et surtout l'envi de partager de bons moments avec son bout'chou autour des repas !

... à suivre dans :

Au secours, mon bébé est néophobe !


à paraître le 8 septembre 2010

Votre enfant devrait adorer

Inscrivez-vous à la newsletter
Entre parents on se comprend, alors partageons nos découvertes.
En indiquant votre adresse email ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Balance Good Goût

Jouez avec Kylian et Good Goût Kidz et gagnez le poids de votre enfant en gourdes de fruits !

 
Les cookies nous permettent de personnaliser notre contenu et d'analyser nos chiffres. Pour en savoir plus ou s'opposer, nous vous invitons à consulter notre Charte pour la Protection des Données et à paramétrer vos cookies . J'accepte