Haut de la page

Livraison offerte dès 50€ d'achat

Fermer

Les aliments jouent les transformers

Ils ont l’air sympas, sains et simples, ils sont en réalité ultra-transformés, complexes voire carrément sournois. Dans l’industrie agroalimentaire, peut-être plus qu’ailleurs, l’habit ne fait pas le moine… On vous révèle la face cachée de vos plats cuisinés et autres aliments ultra-transformés !

Les aliments jouent les transformers
Apparus massivement dans nos assiettes dans les années 80, les aliments ultra-transformés sont devenus légions dans les rayons. Pour s’en rendre compte, il suffit de retourner par exemple le joli emballage de plats cuisinés de la marque biiiiiiiiiiiiiiip et de parcourir la liste d’ingrédients longue comme le bras. La plupart d’entre eux sont inutilisés chez vous voire carrément inconnus au bataillon (c’est à dire qu’on ne peut pas les trouver dans la nature). Toutes ces formulations industrielles et ces additifs sensés booster le goût, la texture et la couleur ne sont pas anodins, ils mettent à mal le potentiel santé des aliments et nous font oublier l’essentiel : le produit brut (de pomme), honnête et droit dans ses bottes.

 

De "faux" aliments avec de "vrais" risques


Avec ces produits ultra transformés qui prennent le pas sur nos aliments traditionnels, on assiste à une montée en flèche de la consommation de mauvais sucres et de graisses. Comme l’explique Anthony Fardet, chercheur en nutrition préventive et auteur du livre « Manger vrai », ces « pseudo-aliments sont peu rassasiants (car riches en sucres et gras, souvent liquides et semi-solides ; ils sont pour beaucoup hyperglycémiants en raison des sucres simples* ajoutés et de leur texture déstructurée et ils sont riches en calories “vides”, à savoir leur densité énergétique est élevée avec une teneur en composés bioactifs protecteurs faibles, telles que fibres, vitamines, minéraux et autres antioxydants ». Certains spécialistes y voient d’ailleurs une corrélation entre ces changements de consommation et l’augmentation importante de l’obésité, du diabète de type 2 et autres problèmes cardiovasculaires.

 

"Manger vrai", pour ramener du bon sens (et du plaisir) dans nos assiettes

 


Dans son ouvrage, Anthony Fardet ne se contente pas de tirer la sonnette d’alarme, il propose 3 Règles d’Or pour une alimentation saine, durable et éthique : pas plus de 15% de calories animales quotidiennes et un maximum d’aliments non transformés et diversifiés en consommant, si possible, bio, local et de saison… sans oublier évidemment, de se faire plaisir !
 
Si vous avez décroché à la 5ème ligne, on vous en veut énormément mais on donne quand même un résumé en vidéo ICI

 
* voir notre article consacré au sucre
 

Votre enfant devrait adorer

Inscrivez-vous à la newsletter
Entre parents on se comprend, alors partageons nos découvertes.
En indiquant votre adresse email ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Les cookies nous permettent de personnaliser notre contenu et d'analyser nos chiffres. Pour en savoir plus ou s'opposer, nous vous invitons à consulter notre Charte pour la Protection des Données et à paramétrer vos cookies . J'accepte